De la nécessité d’une conscience politique

Temps de lecture 6 minutes

conscience politique

La conscience politique.

La politique ! Encore et encore ! Peut-on d’ailleurs s’en passer ?  

Loin d’être inutile comme le pensent certains, la politique répond à un besoin réel des populations. Dans le processus de construction de nos sociétés telles qu’elles existent aujourd’hui, nous avons abandonné une part de notre souveraineté au profit de la construction d’un idéal qui garantiraient nos libertés. 

La politique un bien joli mot, pour désigner la gestion de la Cité, qui aujourd’hui fait peur a plus d’un. Elle (la politique) est tombée malheureusement en disgrâce, elle ne fait plus rêver, elle n’embrase plus les foules. Et cela pour cause.  

Nos élites (sommes-nous vraiment à leurs images ?) ont largement entériné la définition donnée à la politique par Machiavel. Auteur du Prince, il disait de la politique qu’elle est un art souverain du mensonge. L’habileté à mentir a toujours été considérée comme une nécessité pour le personnel politique en général, ne serait-ce que pour conquérir le pouvoir en faisant des promesses qui ne seront jamais tenues (Alain Badiou 2019). L’institutionnalisation de la politique n’a guère arrangé les choses. Au contraire, la confusion entre la politique et l’activité quotidienne des partis politiques et des élus, a renforcé le dégout du citoyen à la chose publique. 

Et pourtant nous devons nous y accommoder. Car la gestion de la Cité est une affaire de tous. Nous ne pouvons pas rester dans l’indifférence totale vis-à-vis des décisions qui conditionnement notre quotidien. Être citoyen, c’est avoir le privilège de participer librement à la vie de la communauté politique.  

“L’ignorance et l’indifférence sont des armes de destruction massive”

LR

Pouvoir participer à la vie de la Cité, suppose avoir une conscience politique. La conscience politique se définit comme la présence chez un individu d’une culture, d’une expérience et d’une maturité politiques, autorisant, (notamment en matière électorale) des choix réfléchis. (Encyclopédie Universelle). La conscience politique implique non seulement un esprit critique mais aussi une culture politique et une capacité d’analyse des relations de pouvoir.  

Nous devons prendre d’abord, conscience du fait qu’en tant que citoyen, nous avons un rôle à jouer, nous sommes un maillon fort de la chaine de construction de la société que nous voulons.  

Vous me direz c’est bien beau tout cela mais comment parvient-on à développer une conscience de la chose politique ? De quels moyens dispose-t-on pour se former et être acteur d’un dialogue constructif ?    

Je partage ici quelques pistes pour se construire une conscience politique. Quelques pistes pour que chacun à son niveau puisse faire sa part dans la construction de notre pays. Car, OUI, nous sommes tous responsables de l’action de nos élites politiques.

De la nécessité de s’informer  

L’information, est source de pouvoir. On connait tous le bon vieil adage “celui qui détient l’information, détient le pouvoir” . Tout citoyen responsable doit s’informer afin de pouvoir exercer des choix et se forger une opinion sur les grandes questions d’actualité.  Pour être un citoyen éclairé, la première des tâches à accomplir c’est de s’informer.  

L’information ne viendra pas forcément à nous, il faut aller la chercher. Exercer sa citoyenneté aujourd’hui est bien plus facile qu’autrefois. Les canaux de diffusion de l’information se sont multipliés grâce aux technologies de l’information et de la communication et à l’internet. Plus d’excuse, il suffit de se rendre sur google pour avoir à une panoplie d’information.  

Les principales forces politiques du Togo sont à ce jour presque toutes dotées de sites internet, il faut s’y rendre constamment. Lorsqu’on évoque la question de la politique, il ne s’agit pas tout simplement de suivre le mouvement en fonction des choix de nos familles, de nos villages … Il est primordial de comprendre et de soutenir des idées (non pas une personne, une ethnie…) en toute connaissance de cause.  C’est pour cela qu’il est indispensable de s’informer sur les partis, interroger les premiers responsables. Surtout, éviter de s’arrêter à ce qu’on entend ci et là.  

Encore une fois, il ne s’agit pas d’être un expert, il s’agit simplement de se documenter et de savoir par exemple quel est le taux du chômage au Togo, quelles sont les principales difficultés en matière d’accès à l’emploi des jeunes…  

Pour avoir un avis, il est impératif de s’informer et donc de s’auto-éduquer pour ne pas se laisser abuser.  

Du manque d’éthique sociale 

On assiste de plus en plus à un décrochage de l’engagement citoyen. Beaucoup de jeunes vivent aujourd’hui comme s’ils étaient des étrangers dans leur propre pays. Il y’a une véritable baisse du sens de la responsabilité et de la solidarité. Ceux qui réussissent se contentent uniquement de leurs familles et se refusent de prendre en compte les enjeux de la communauté.  

Je suis souvent un peu surpris de certains discours. Nous nous plaignons aujourd’hui de ce que nos ainés, nos élites… n’ont pas su créer les conditions pour le développement de notre pays. Mais nous ne sommes prêts à faire autrement. Comment conduire le changement si nous produisons les mêmes schémas qui sont aujourd’hui la source de l’échec du leadership politique.  

Chacun dans son coin veut se contenter du peu qu’il possède en s’appliquant la règle du “ne rien entendre, ne rien dire, ne rien voir, ne rien faire”. 

Tout se passe comme si nous avions tout d’un coup perdu tout élan de solidarité. Le sentiment de réussite personnelle, individuelle n’est nullement suivi d’une interrogation sur les responsabilités en tant que citoyen (Marcel Gauchet). 

“Chacun pour soi, Dieu pour tous” !

L’engagement citoyen, corollaire de la liberté, qui repose sur une conscience individuelle et politique ne peut éclore dans les conditions que je viens de présenter.  

Il important de se réapproprier l’espace public dans lequel nous vivons, par des actions simples. En abordant notamment des sujets politiques avec son entourage moins instruit pour leur faire comprendre les enjeux. Informer, partager des informations sur la gestion de la chose publique c’est déjà développer une conscience politique. Cela participe de l’éveil et de la formation d’un esprit critique. Pour cela il est important de s’informer correctement pour pouvoir informer à son tour.

De l’action de voter  

De plus en plus de personnes dans mon entourage ne vote plus. Or le vote est un moyen d’expression citoyenne qui permet d’accorder ou de retirer sa confiance aux gouvernants. Il n’y a pas de démocratie sans élection

Le taux de participation aux élections est loin d’être reluisant. Les partis politiques ont aussi leur part de responsabilité, car ils ne jouent pas assez leur rôle de formation. Ils sont aussi parfois victimes de leur propre stratégie de boycott.  

Se faire enrôler, posséder sa carte d’électeur, se rendre aux urnes ; demeure l’ultime moyen d’expression politique. Mais là encore pour pouvoir voter, il faut s’informer et avoir connaissance des différents programmes des candidats.

De la participation citoyenne  

Tout citoyen a le droit de participer à la gestion de la Cité.  

La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement un bulletin dans l’urne et à déléguer les pouvoirs à un élu puis à se taire pendant cinq ou sept ans. Elle est action continuelle du citoyen, non seulement sur les affaires de l’Etat, mais sur celles de la commune, de l’association, de la coopérative (…). Si cette présence vigilante n’est pas assurée, les gouvernements, les corps organisés, les fonctionnaires, en butte aux pressions de toute sorte, sont abandonnés à leur propre faiblesse et cèdent aux tentations de l’arbitraire (Pierre Mendès-France 1962).  

Chaque citoyen à le droit de demander aux élus de rendre compte de leur gestion. C’est le contrôle citoyen de l’action publique. Notre commune, notre région, notre pays, n’appartient pas uniquement à la poignée de personnes que nous avons conduit aux affaires. Ils sont comme disait Montesquieu de simples émissaires et à ce titre ils doivent nous rendre compte de leur gestion.  

Les multiples projets engagés doivent faire l’objet d’un suivi, il faut s’informer régulièrement de leur état d’avancement.  

Il faut expliquer à nos mamans que lorsqu’elles paient une taxe pour l’entretien du marché local, elles doivent veiller à ce que cet argent soit utilisé à bon escient. Je n’en dis pas plus, je consacrerais un billet très bientôt à la question de la démocratie participative. 

Que faites-vous pour rester informé et comment pensez-vous contribuer au développement de notre cher pays ?  

6 Comments

  1. Olive Banagno
    16 January 2020 / 1 h 11 min

    Que dire🤔. On ne nait pas citoyen avisé, on le devient. Allons à l’école de la citoyenneté car c’est en citoyennant qu’on devient citoyen. Merci pour cet enseignement #Step-by-step #youngbuildbysport #transformingeducation #faistapart

    • Balakiyem Gnazouyoufei
      Author
      20 January 2020 / 15 h 46 min

      Que rajouter mon cher ? Allons à l’école de la citoyenneté

  2. Balouki samiè
    17 January 2020 / 2 h 21 min

    Je tiens tout d’abord à te féliciter pour cet enseignement lumineux. Comme tu l’a dit dans tes propos nombreux sont ces personnes qui pensent que la politique ne concerne uniquement qu’une classe, qu’une poignée de personne et pourtant elle est une affaire de tous. Chacun d’entre nous n’arrête d’influer sur la politique de par son action ou son inaction. Aujourd’hui l’institution électorale a perdu de sa crédibilité (quoi que le vote reste l’ultime moyen d’expression politique dans une démocratie) d’où le recours à la rue au cours du 21ème siècle (les révolutions, mouvement de contestation……) bien qu’elle soit un moyen non institutionnel pour s’exprimer. Je pense que la rue est devenu un moyen d’expression qu’il faut prendre en compte. L’autre idée qui retient mon attention dans cet enseignement est la quête de l’information par les citoyens. S’informer afin de pouvoir exercer un choix, oui c’est bien mais dans le contexte togolais c’est pas facile d’avoir les informations bien qu’elles existent. Cela peut s’expliquer en partie par le manque de décentralisation et les les médias qui ne joue pas parfaitement leur rôle. Aujourd’hui avoir accès à l’internet reste à mon avis un luxe pour les togolais moyens. Et à cela s’ajoute les fausses informations qui circulent très vite sur les réseaux sociaux ce qui ne rend pas la tâche facile aux citoyens. Pour finir je prends ce enseignement comme un cri d’alarme aux togolais à l’aune de ces élections présidentielles. L’avenir que nous voulons pour nous et nos progénitures dépend de nos choix et actions, l’esprit de citoyenneté, de patriotisme et de solidarité doit primer sur celui de l’égoïsme.

    • Balakiyem Gnazouyoufei
      Author
      20 January 2020 / 15 h 51 min

      Merci Samiè pour ton commentaire très pertinent. Tu soulèves des points très intéressant notamment sur la prolifération des infox. Cela souligne encore la nécessité de mettre en place des formations d’éducation aux médias et au numérique. Il n’y a que par ce moyen que les jeunes pourront prendre du recul sur toutes les informations qui se propagent aujourd’hui à une vitesse exceptionnelle avec les TICs.

  3. BARARMNA
    18 January 2020 / 16 h 56 min

    Merci à toi. Je pense que tu as assez édifié plus d’un sur cette question de politique et la participation de chaque citoyen a la vie politique de son pays.Aujourd’hui le constat est que bon nombre ne veulent pas entendre parler de politique. L’on entends souvent moi je n’aime pas la politique,la politique c’est du mensonge et tout ce qui avec. Et au même on se plaint de la gouvernance publique, alors que chacun de nous doit jouer son rôle pour contribuer au développement de son pays. La politique c’est l’affaire de tous.
    “Sois le changement que tu veux pour ce monde.” Gandhi.#step by step#

    • Balakiyem Gnazouyoufei
      Author
      20 January 2020 / 15 h 54 min

      Merci Rosine 🙂 pour ton commentaire. “Sois le changement que tu veux pour ce monde”. Cette citation résume assez bien l’appel à plus d’éthique social que je fais à travers ce billet. A bientôt !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Instagram slider